Hébergement d’urgence – La Ville prolonge son contrat de prêt à usage à Isabelle-de-Montolieu

La Ville de Lausanne prolonge jusqu’au 28 février 2022, son contrat de prêt à usage passé avec la Caisse de pension de l’Etat de Vaud (CPEV), par l’intermédiaire de son mandataire Retraites Populaires, concernant les immeubles sis à l’avenue Isabelle-de-Montolieu 90-92. Elle pourra ainsi, dès le 11 juin prochain, mettre ces logements à disposition du Sleep-in pour y reloger les personnes sans-abri qui habitent actuellement à la rue du Simplon 22-26. Ils pourront y  demeurer jusqu’à l’expiration du contrat, le 28 février 2022, date à partir de laquelle débuteront les travaux de démolition et reconstruction de cet ensemble construit.

Mis généreusement à disposition par leur propriétaire, la CPEV et gérés par Retraites Populaires, les 50 studios ont déjà accueilli, entre novembre 2020 et fin mai 2021, les personnes sans solution d’hébergement dans le cadre du dispositif communal d’accueil d’urgence hivernal.

La Ville de Lausanne a, depuis de nombreuses années, mis en place et développé un dispositif pour les personnes sans solution de logement. Ainsi, pour les populations les plus précarisées et sans domicile, elle offre, grâce au financement provenant de la Facture Sociale, 41 places d’accueil d’urgence dans son nouvel immeuble de Saint-Martin 10-18. A celles-là s’ajoutent 57 places à la Marmotte et au Sleep-in ainsi qu’une cinquantaine de places dans un hébergement saisonner, ouvert en hiver uniquement. Ce dispositif est complété par la centaine de places mises à disposition des personnes sans abri dans le cadre du Répit, une prestation d’accueil de nuit de la Fondation Mère Sofia, financée par la Ville et ouverte durant quatre mois, chaque hiver depuis quatre ans. 

Pour les ménages installés à Lausanne depuis au moins une année, suisses ou au bénéfice d’un permis B, C ou F  mais sans solution de logement et en situation vulnérable, la Ville propose près de 600 objets, dont 67 objets à Saint-Martin, 61 au Patio et 66 à César-Roux. Ce parc se compose autant de chambres dans des appartements communautaires, que d’appartements de 1 à 5 pièces ou encore de studios. Les usagères et usagers peuvent en outre y bénéficier d’un accompagnement social pour les aider à accéder à un logement autonome.

Les offres de Fondations, comme la Fondation du Levant ou de l’Orme complètent ce dispositif en proposant des solutions de Housing First adaptées à des populations spécifiques, comme les consommateurs de stupéfiants ou les personnes souffrant de vulnérabilités psychiques.

Catégorie: Brève

Source: Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page